Sophie Carlin Directrice artistique , chorégraphe, danseuse, pédagogue.

 

 Danser comme on respire, questionner les codes,

les normes, et ironiser l'être humain

BIOGRAPHIE

 

Elle se forme d'abord à Paris chez Kim Kan et rencontre Quincella Swinningham, interprète de Pina Baush, qui la plonge dans l'univers de la danse théâtre et l'engage comme assistante sur ses stages au Centre des Arts Vivants. Pierre Doussaint monte la même année un spectacle pour le cirque Kabuwazi de Berlin, spectacle mêlant la danse et le cirque, dans lequel Sophie interprètera un solo sur un trapèze. L'année suivante, elle danse pour Myriam Dooge et ses "Festins Poétiques", un parcours chorégraphique accompagné par le Taraf Borzo. En 2001, Martino Muller, danseur de Jiry Kilian, se voit confier la chorégraphie de la comédie musicale "Cindy" de Luc Plamondon et l'engage pour le rôle de Rose la Tulipe. Parallèlement, Sophie se tourne vers le travail d' improvisation avec Pascal Queneau interprète de Simone Forti lors d'un stage avec la Cie Philippe Découflé, participe à des happenings avec Julyen Hamilton et ensuite avec Emmanuel Grivet. En 2002, elle obtient son DE de professeur de danse contemporaine au Centre national de la Danse de Lyon et rencontre Landrille Tchouda chorégraphe de la compagnie de danse hip-hop "Malka" pour qui elle travaille depuis ( dans "Paroles de sable, paroles de vent", "OCNI", "Regarde moi", "Têtes d'affiche", "Un Casse Noisette"). C'est ensuite avec Kader Attou et la Cie Accrorap dans le spectacle "Pourquoi pas" qu'elle poursuit son travail d'interprète pendant trois ans. 


"Je m'interroge sur le mouvement instinctif et immédiat, celui que l'on possède avant l'apprentissage d'une technique, ce mouvement "écologique" dénué de force volontaire. Pour moi, la danse est un jeu, un jeu avec la gravité, avec la musique , avec sa propre fragilité. La danse dans mes pièces cultivent un "l'air de rien".  L'être humain est au centre de mes préoccupations.

Lui ôter la suprématie et le pouvoir qu'il croit avoir sur les choses, me plaît. Je n'ai pas une haute estime de celui qu'il est devenu. J'aime donc le mettre à nu, le fouiller, et le questionner à travers mes pièces."


EQUIPE ARTISTIQUE

 

Sylvie Commagnac Vidéaste

 

Fabien Leforgeais Créateur lumière et scénographe

 

Gilles Sornette Compositeur

 

 Cara Ben Assayag Costumière

REPERTOIRE

 Bonjour ma chérie, solo créé en 2007, repris en 2014, du foetus à la femme adulte.

Racines de 2, en 2008, un duo sur le thème de l'héritage ethnique et culturel.

Patauge ou ode à l’imperfectude,  en 2009 pour 4 ou 20 danseurs (intégration de danseurs amateurs sur demande) sur la question de l'esthétisme, et de l’image du corps.

ZOOM,  en 2010 un spectacle- installation qui expose le danseur, 1er volet de

La Disputatio, en 2011 pour 6 danseurs, sur la question de « mettre à vue l'ouvrage »,

La Forêt Enchantée, de Francesco Geminiani en 2012 pour 3 danseurs et 8 musiciens de l'Orchestre Baroque Les Passions-Montauban.

Requiem pour un con,  en 2014 un hommage à Serge Gainsbourg.

MAN, en 2016 un duo satirique, un constat sur l'espèce humaine et son impact sur l’environnement.

Alice au Pays de la Danse, en 2017 solo conférence incarnée (jeune-tout public), reprise de rôle en 2023.

Esquisse, en 2020

Schizzare en 2022 (tous 2 imprégnés des études du peintre Ingres et questionnant l’acte d’esquisser en danse).

EVENEMENTS/COMMANDES

Festival de danse "A bras ouverts" (2004-2009)

Sous les arcades, la rue 

La Forêt enchantée   

Dancefloor 

L'escale Cabaret


VIDEOS DANSE

co-réalisation Sylvie Commagnac

Sur le fil -2019 (Travail réalisé au Collège Ingres avec la classe de 6ème Chad, classe à horaire aménagé danse) 20 min

BOW  BOOM -2021 (film documentaire, sur la danse et le handicap du TDAH) 1h10

Métamorphing - 2021 (Travail réalisé au Collège Ingres avec la classe de 6ème Chad, classe à horaire aménagé danse) 15min