SCHIZZARE 

Première 9 Janvier 2022 - Théâtre Olympe de Gouges Montauban-16h

Création 2021/2022

 avec Tatun Insausti, Leonor Clary, Clara Duflot

 

Résidences de création: Abbaye de Belleperche, Studio de Tournefeuille, Théâtre de Montauban, Théâtre La Négrette Labastide St Pierre.

« La vie ressemble toujours à une esquisse ; mais même esquisse n’est pas le mot juste, car une esquisse est une ébauche de quelque chose, d’un tableau, alors que l’esquisse qu’est notre vie est une ébauche de rien, une esquisse sans tableau ».

Kundera dans l’Insoutenable légèreté de l’être.

Dans notre monde frénétique en quête d’absolu, quelle place donner à l’acte d’esquisser ? Que seraient nos vies  si nous les considérions comme de simples esquisses, comme des essais, sans buts immédiats ?

Depuis quelques années, je m’intéresse à l’esquisse en danse.

 Esquisser résonnerait avec Effleurer. La peau, cette enveloppe qui englobe notre corps nous isolerait autant qu’elle nous relierait intimement au monde. L’impalpable de cette relation entre soi-même et l’extérieur, me questionne.

Lors des premières explorations dans le quatuor « Esquisse » en 2020, nous avons cherché à relier la forme graphique et architecturale du corps à son environnement, tout en laissant entrevoir l’influence picturale du peintre Ingres et son goût pour les disproportions anatomiques.

Dans la continuité de ma recherche autour de l’esquisse en danse, la signification de la racine du mot Esquisse : « schizzare » m’interpelle. Ce qui au départ m’apparaissait léger, discret, marmonné, sussuré dans l’esquisse, prend en effet racine dans un mot qui signifie JAILLIR ou ECLABOUSSER, dans une énergie plus électrique, plus bruyante, plus affirmée, plus spontanée, plus capricieuse : joli métaphore pour parler de l’humain.

Qu’est ce qui émane de nous ? Qu’est ce qui nous échappe encore ? 

esquisse 09 Janvier 2022-Musée Ingres Bourdelle Montauban-                                                                     16h45 (après Schizzare)

 

Pièce pour 4 danseuses

avec Clara Bessard, Mélen Cazenave, Marie Pierre Génard, Perrine Gontié.

 

«  Pour exprimer le caractère, une certaine exagération est permise, mais surtout là où il s'agit de dégager et de faire saillir un élément du beau. Ingres déforme les corps, les tord, les gauchit, exagère leur importance visuelle. Mais c'est l'envers qui fascine Ingres, ce qui est à l'intérieur des corps, ce qui est sous le vêtement, sous leur peau. Avec quelques longueurs d'avance sur la photographie instantanée, Ingres rêve de décomposer le mouvement à l'intérieur d'une même toile, quitte à représenter plusieurs mouvements simultanés cf Le tableau La femme aux trois bras» Ingres en miroir de Jérôme Prieuré.

                     

 

 Esquisse en extérieur le 18 Juin 2021- Abbaye de Belleperche Cordes Tolosane - 20h30  

Tournée d'ALICE Eté 2021

 

YES 

Collectif et atelier chorégraphique

 

18 Septembre 2021 - Les Traces contemporaines - Cahors

 

 

 Actions du collectif YES/ Printemps 2021

EXPO photos souvenir 2018 "MAN" duo Avignon-Théâtre Golovine